un poulailler dans une court

Élever des poules dans sa cours : une tendance qui se développe

La poule fait rêver, et non, il ne s’agit pas d’une plaisanterie. Aux Etats-Unis, ces braves gallinacés ont une place de choix dans la cour des citadins. Cette tendance qui peut sembler loufoque touche pourtant la France depuis déjà quelques années. Les fournitures d’œufs frais, le recyclage de déchets de cuisine et l’élevage des volailles offrent de nombreux avantages à la clé. Faisons un tour d’horizon sur cet engouement à la fois écologique et économique.

Les bonnes raisons pour céder à l’élevage des poules

En plus d’être peu bruyantes et autonomes, les volailles ne manquent pas de qualités. À l’heure où les prix des œufs continuent de grimper, élever des poules pondeuses est bien plus économique que faire ses provisions dans un supermarché. Achetées à moins de 20 euros, bien nourries au blé ou au maïs et laissées à l’air libre, ces bêtes peuvent pondre plus de 200 œufs frais par an. Quand on sait que le prix de ces derniers augmente de 60 % tous les 10 ans, on peut raisonnablement parler d’une « poule aux œufs d’or ». À l’instar de son aspect purement économique, l’élevage des volailles permet de contrôler ce qu’il y a dans son assiette. Autonome et faisant le bonheur des enfants, cet animal a également l’avantage d’être très écologique, car il peut transformer jusqu’à 150 kg de déchets de cuisine chaque année. Il est aussi un allié de taille pour débusquer les petites vermines qui dévorent les légumes du potager, sans oublier que les poules sont de vrais composts sur pattes. En effet, une fois que leurs fientes sont compostées, elles donnent des engrais biologiques.

Les conditions avant de se lancer dans l’élevage des volailles

Pour accueillir des poules, il faut évidemment avoir de la place dans votre jardin et leur concocter un nid sécurisé et douillet. Une poule stressée ne fournira pas des œufs de grande qualité.
En effet, contrairement à ce qui est vanté dans certaines brochures, on n’élève pas les volatiles comme on garde son chat dans un appartement. En revanche, on doit installer un abri chaud et sec dans lequel les bêtes peuvent se réfugier autrement dit, un poulailler de dimension suffisante et bien équipé (trouvez sur ce site internet, plus d’infos à ce sujet). Un bon enclos doit disposer d’un perchoir, de pondoirs et d’un distributeur d’aliments. Cet instrument est indispensable pour protéger les gallinacés en cas d’intempérie et contre les prédateurs. Le local devra être isolé du sol par un plancher en bois et convenablement aéré. C’est la condition de base afin que les volailles puissent pondre régulièrement. Pour limiter le coût du poulailler, on peut opter pour les modèles en plastique.

Auteur de l’article : Denis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *